d&b en tête du peloton !

1/6
2/6
3/6
4/6
5/6
6/6

Quakenbrück est une petite ville paradisiaque de Basse-Saxe (Allemagne) posée sur le fleuve Hase et qui héberge chaque année depuis 2010 le festival musical Artland Bicycle. Un festival assez différent des autres, puisque la puissance du son est littéralement entre les mains (ou plutôt les pieds) des spectateurs. « Nous avons décidé de redéfinir le concept même de participation du public » explique Bob Giddens, membre du groupe Artland Country Club et l’un des principaux organisateurs du festival. « Là, si les gens ne pédalent pas, vous n’entendrez rien ! »

Bien qu’il soit musicien et propriétaire d’une entreprise fabricant des vélos, Giddens est le premier à reconnaître que l’idée de combiner les deux n’est pas de lui. « En 2010, les Ginger Ninjas, groupe américain pionnier de la pédalimentation , ont effectué une tournée à travers toute l’Europe en assurant eux-mêmes le transport de leur système de sonorisation. Apparemment, ce système fonctionnait bien, mais il n’en restait pas moins peu pratique en raison du poids de l’équipement et du fait qu’il était parfois difficile d’obtenir suffisamment d’énergie pour alimenter la sono. Mon entreprise s’intéresse particulièrement au concept de mobilité urbaine, de manière à permettre aux gens de transporter plus de choses avec leurs vélos et de réduire leur empreinte écologique. Ça m’a donc paru logique d’essayer de développer un système qui soit plus efficace et plus simple à utiliser. »

Avec l’aide d’un autre membre du groupe, Heinz Rebellius, M. Giddens a ainsi commencé à évaluer différents systèmes d’enceintes et à étudier de quelle manière ils pouvaient être adaptés à ce type d’alimentation relativement peu commun. M. Rebellius poursuit : « On avait prévu d’utiliser un certain type de système à l’occasion du festival Musikmesse de Francfort, mais on a rencontré des difficultés sur le plan logistique et on a commencé à se dire qu’on était à court d’options. Heureusement pour nous, Bob avait vendu quelque temps auparavant un de ses vélos à Wolfgang Daub, de d&b audiotechnik, et il lui avait parlé de notre problème. En toute honnêteté, je crois que d&b nous a choisis parce qu’ils ont vraiment aimé l’idée d’organiser des performances musicales auto-alimentées. »

M. Giddens acquiesce : « Les gens de d&b ont tout de suite compris ce que nous essayions de faire et ils nous ont aidés autant que possible. Nous sommes allés les voir, avons visité leur fabrique et leur avons présenté notre concept ; ils sont même allés jusqu’à repeindre leurs enceintes en vert pour nous ! L’idée était que le système devait être mobile et transportable sur des vélos, tout en permettant de délivrer un son assez fort pour atteindre trois cent personnes en extérieur. Nous avons donc utilisé des enceintes E12 montées sur trépieds et équipées d’amplis D6. »

« Ça a marché comme sur des roulettes, ajoute M. Rebellius. C’est un système très puissant : même sur une scène à ciel ouvert, il nous permet d’obtenir une alimentation largement suffisante, mais au-delà de ça, en tant que groupe, on apprécie vraiment la qualité sonore du système. Nous n’avons généralement pas l’occasion de faire de sound check vu que sans les spectateurs pour pédaler, il n’y a pas d’électricité, mais jusqu’ici le système d&b ne nous a jamais fait faux bond lors d’un concert. »

Le système est alimenté par quatre vélos-cargo modifiés qui, comme nous l’explique M. Rebellius, permettent de produire suffisamment d’électricité pour alimenter un concert de rock. « Plutôt que d’avoir trois guitares, on n’en utilise qu’une et, à part pour les amplis lourds et gourmands en électricité, on joue directement branchés dans la table de mixage . Mais surtout, on a appris qu’il était inutile d’en faire trop. Comparés à d’autres, les amplis D6 n’ont presque pas besoin d’alimentation ! L’ensemble des groupes qui ont eu l’occasion de jouer lors du festival sont d’accord sur un point : les résultats en termes de sonorisation ont été identiques, voire supérieurs, à ceux permis par une alimentation électrique classique. »

M. Giddens a continué à affiner le système qui permet de transférer l’énergie du vélo au système d’enceintes d&b. Chaque vélo est équipé d’un redresseur qui convertit le courant alternatif triphasé en provenance du moteur vers une sortie courant continue afin de l’envoyer au boîtier d’alimentation spécialement conçu à cet effet. Le circuit de contrôle de l’alimentation suit en permanence la tension du système, de manière à ce que suffisamment d’électricité soit emmagasinée lorsqu’une tension de base doit être maintenue afin d’assurer le fonctionnement d’équipements comme les mixeurs, les projecteurs et les enregistreurs pendant l’intervalle où les membres du public montent sur les vélos et en descendent au cours du concert. M. Giddens ajoute : « La pédalimentation rencontre du succès pour plusieurs raisons : elle est éco-responsable, éducative et durable. Les jeunes adorent l’utiliser parce qu’ils se sentent vraiment impliqués dans le processus de création du son des concerts. Qui plus est, ça leur en apprend davantage sur la consommation électrique et les différentes façons de manipuler l’électricité que n’importe quelle publicité télévisée ou programme scolaire pourrait le faire. »

L’Artland Bicycle a été l’un des trois festivals musicaux nominés pour recevoir le prestigieux Deutsche Fahrradpreis 2012, prix récompensant le meilleur festival pédalimenté de l’année, et est arrivé second. M. Rebellius tient cependant à préserver la nature intime et “artisanale” de l’évènement à l’avenir. « On aimerait bien faire de ce festival quelque chose de régulier. Le prochain est déjà prévu pour le 28 juillet 2012. On envisage aussi de l’agrandir, mais ce n’est pas encore décidé. Ce qui est sûr, c’est qu’on ne veut vraiment pas que ce festival devienne commercial. Je crois qu’on préfèrerait que ça reste à petite échelle, ce qui voudrait dire un public maximum de trois ou peut-être quatre cents personnes. Comme j’ai dit tout à l’heure, il est inutile d’en faire trop et c’est souvent pour le mieux ! »

Applications similaires

Tournées et concerts / Autres applications

Et vogue le Wacken !

Il était une fois un bateau où les tatouages sont gratuits et les réserves de bière quasiment illimitées.
suite...
Tournées et concerts

First Aid Kit lance sa tournée avec KSL à l'Ericsson Globe.

Le duo folk suédois First Aid Kit a donné l'un des plus grands concerts de sa jeune carrière en janvier 2019, sous la coupole hémisphérique de l'Ericsson Globe de Stockholm, devant des milliers de fans époustouflés. Ce concert était l'événement...
suite...
Tournées et concerts

Kraftwerk à Tokyo : récit d'une immersion sonore avec d&b Soundscape et le système KSL.

La formation de musique électronique Kraftwerk a proposé au public de Tokyo une singulière immersion sonore en associant, pour la première fois au monde, le système KSL et d&b Soundscape, complétant ainsi l'expérience visuelle en 3D diffusée...
suite...
Tournées et concerts

Débuts réussis pour ArrayProcessing à New York.

C’est à l’occasion de la récente étape new-yorkaise de la tournée de John Mellencamp au Carnegie Hall et à l’Apollo Theater que les deux célèbres salles ont inauguré ArrayProcessing, le nouvel outil logiciel d'amélioration de la balance tonale...
suite...
Tournées et concerts

La Série-J de d&b à la conquête… du Pôle Nord !

La ville de Tromsø est pleine de surprises. Bien qu’elle se trouve à 350 kilomètres au nord du cercle Arctique, la présence du Gulf Stream lui confère un climat relativement clément.
suite...
Applications similaires
Toutes les catégories

Applications d&b

Application itinérante ou sédentaire ? En intérieur ou en extérieur ? Petite ou grande ? d&b propose des solutions sur-mesure pour répondre à tous les critères. De plus, le logiciel de simulation dédié optimise la planification de...
voir toutes les applications