Débuts réussis pour ArrayProcessing à New York

1/2
2/2

C’est à l’occasion de la récente étape new-yorkaise de la tournée de John Mellencamp au Carnegie Hall et à l’Apollo Theater que les deux célèbres salles ont inauguré ArrayProcessing, le nouvel outil logiciel d'amélioration de la balance tonale des line arrays de d&b. « Les deux auditoriums sont aussi différents que leurs histoires respectives, » explique M. Tom Clark, consultant acoustique d’Acme Professional Inc. « Le Carnegie Hall a été bâti pour accueillir exclusivement des concerts, et accompagner les belles performances acoustiques. Le son y est vivant malgré le faible niveau de réverbération. Ce dont les musiciens ou les interprètes ne se plaindront pas. L'Apollo est très différent : l'amortissement y est bien supérieur en raison de ses divers capitonnages et tapisseries. Il est également moins haut et moins profond. »

C’est Eighth Day Sound (EDS) qui a assuré la technique de la tournée Mellencamp et fourni le système du Carnegie Hall. Pour l’Apollo, M. Clark avait conçu un système d&b avec des Série-V, une installation permanente saluée à l’unanimité par tous ceux qui s’y sont produits depuis.

M. Bill Sheppell est régisseur pour John Mellencamp depuis 2007. « Je n’étais jamais venu au Carnegie. Ce lieu est différent des autres salles de cette tournée, en raison des contraintes de poids. Le système (qui contient de petites Série-Y) a été accroché au niveau de l’avant-scène à l’aide d’une petite attache spéciale. Je n’avais encore jamais utilisé ce nouveau système d&b. Je découvrais non seulement ArrayProcessing, mais aussi une nouvelle enceinte.

« On a tout de suite senti la différence. En raison de la position de l’attache spéciale et de la suspension du système en hauteur pour atteindre les balcons supérieurs du Carnegie, ArrayProcessing pouvait se contenter d’une couverture limitée sur les loges inférieures, favorisant ainsi la cohérence de l’ensemble. Le son était en effet très bien réparti quel que soit le point d’écoute, en allant de l’avant vers l’arrière. Ce qui m'a le plus impressionné depuis la rangée supérieure du balcon le plus haut pendant le concert de Carlene Carter. Pour la première fois de ma longue carrière, la qualité de l’écoute y était aussi bonne qu’aux tout premiers rangs. Sa voix et sa guitare acoustique sonnaient juste comme il faut. C’était vraiment impressionnant. »

Qu’en est-il de l’Apollo et de ses moindres réverbérations ? « À l’Apollo, dans des conditions d’écoute similaires, nous avons obtenu les mêmes résultats. Le son était vraiment bon au niveau de la console, bien qu’elle se trouve sous le balcon. Après le premier spectacle, j’ai demandé à l’ingénieur du son, M. Ollie Cotton : ‘Que pensez-vous du système maintenant, avec ArrayProcessing ?’. À son air ravi, il était permis de penser que tous les soucis qu’avaient pu lui poser les modifications à apporter au système actuel étaient déjà loin. »

« Pour illustrer la fabuleuse efficacité d’ArrayProcessing, je parlerais du moment où John a fait ses réglages acoustiques, ce moment précis où il devient tout à fait silencieux. Un vieil ami régisseur me l’avait dit un jour : ‘Quand le silence se fait, il doit se faire complètement. Et là, le public écoute attentivement.’ C'est ce que j'ai fait et nous pouvions entendre chaque nuance. Je suis impatient d'lorsque je peux prendre ArrayProcessing out pour chaque spectacle et je suis déjà parler à EDS à ce sujet. »

Tom Clark et son partenaire d’Acme, M. Pete Cosmos, a vite compris les avantages des nouvelles fonctionnalités : « Pete ayant participé à la conception de l’installation de l’Apollo, il est bien placé pour juger de sa qualité », a déclaré Clark. « Il a noté des améliorations dans la qualité et la tenue du niveau sur la distance. Le son lui a semblé plus chaleureux, surtout dans les parties supérieures de la salle. D’une manière générale, j’ai été très étonné par la rapidité de la mise en service d’ArrayProcessing. L’Apollo est très fier de compter parmi les premières salles sélectionnées pour cette nouveauté. Son directeur général, M. Joe Levy et toute l’équipe du son de l’Apollo ont accueilli avec enthousiasme l’occasion de collaborer avec d&b et Acme pour modifier ses installations. Les critiques ont salué le son des concerts de Mellencamp. »

Applications similaires

Déluge de décibels d&b à l’Ultrafest.

Si l’idée de participer à un festival de musique électronique en fait frissonner certains d’avance, c’est bien normal, et certainement dû aux fréquences sonores qu’on y ressent d’habitude. Vous savez, le genre qui vous fait des jambes en coton. Le...
suite...

Kraftwerk au Museum of Modern Art de New York.

Dans ce qui est devenu l’un des évènements qui ont agité le printemps new-yorkais de la culture, Kraftwerk, le groupe pionnier de la musique électronique allemand, a donné huit concerts d’affilée à raison d’un par soir au Musée d’Art moderne de New...
suite...

First Aid Kit lance sa tournée avec KSL à l'Ericsson Globe.

Le duo folk suédois First Aid Kit a donné l'un des plus grands concerts de sa jeune carrière en janvier 2019, sous la coupole hémisphérique de l'Ericsson Globe de Stockholm, devant des milliers de fans époustouflés. Ce concert était l'événement...
suite...
/

Et vogue le Wacken !

Il était une fois un bateau où les tatouages sont gratuits et les réserves de bière quasiment illimitées.
suite...

La Série-J de d&b à la conquête… du Pôle Nord !

La ville de Tromsø est pleine de surprises. Bien qu’elle se trouve à 350 kilomètres au nord du cercle Arctique, la présence du Gulf Stream lui confère un climat relativement clément.
suite...
Applications similaires
Toutes les catégories

Applications d&b

Application itinérante ou sédentaire ? En intérieur ou en extérieur ? Petite ou grande ? d&b propose des solutions sur-mesure pour répondre à tous les critères. De plus, le logiciel de simulation dédié optimise la planification de...
voir toutes les applications