Kraftwerk au Museum of Modern Art de New York

1/6
2/6
3/6
4/6
5/6
6/6

Dans ce qui est devenu l’un des évènements qui ont agité le printemps new-yorkais de la culture, Kraftwerk, le groupe pionnier de la musique électronique allemand, a donné huit concerts d’affilée à raison d’un par soir au Musée d’Art moderne de New York, le fameux Museum of Modern Art. Sous des titres nébuleux (Kraftwerk 1, Kraftwerk 2 et ainsi de suite jusqu’à 8), le groupe a présenté une rétrospective de l’ensemble de son répertoire, en jouant un album par soir sur fond de projections vidéo en 3D. Vous dites ? « Pas très engageant » ? Sachez pourtant qu’à quelques minutes de l’ouverture de la billetterie du MOMA, le système a planté, écrasé par l’importance de la demande. Et pour plusieurs dizaines de candidats au précieux sésame, seuls 450 (fois huit) veinards ont pu assister (debout) aux concerts quotidiens.

L'atrium du MOMA, tout en surfaces dures, n'a rien de l'endroit rêvé pour assister à un concert, mais le système sonore fourni par d&b audiotechnik par le biais de son partenaire new-yorkais implanté à Clifton Park, Specialized Audio Visual, Inc. (SAVI), et TimberTech Inc, les concerts furent de très grands moments. « Le son dans l'atrium du MOMA était absolument impeccable », écrit Mike Rubin dans le magazine Rolling Stone.

Sur la base du projet présenté par Kraftwerk et Sven Duske (de d&b audiotechnik), SAVI a fourni une sonorisation reposant sur les nouvelles enceintes de la Série-V de d&b audiotechnik. D’après Werner Bayer Vier (d&b), la Série-V associe la polyvalence d’utilisation de la Série-Q et la facilité de manutention de la Série-J. Sa fonction principale est de compléter la Série-J tout en étant plus compacte. Leur rôle dans l’excellence des concerts de Kraftwerk est essentiel. Il a fallu composer par exemple avec un pilier sur le côté droit de la scène qui ne permettaient pas d’accrocher autre chose que des enceintes au format limité.

Le système audio de base est constitué d’assemblages d’enceintes V8 et V12, le bas du spectre étant assuré par quatre subwoofers cardioïdes J-INFRA et quatre J-SUB. Winfried Blank, directeur de production pour Kraftwerk, indique que le groupe a mit à profit les trois mois de préparation des concerts pour mener de nombreuses discussions avec les techniciens du MOMA. « J'ai demandé à Bayer une enceinte de la taille d’une Série-Q mais avec le son d’une Série-J. », explique Blank. Bayer lui a alors répondu de patienter quelques semaines, le temps que la Série-V arrive sur le marché.

Serge Graefe, ingénieur du son de longue date pour Kraftwerk, souligne le lien suivi qu’entretien le groupe et d&b. « Ils ont d’abord sorti la Série-Q en 2004. On l’a utilisée à toutes les sauces. » Autre défi à relever : les enceintes de front fill ne pouvaient pas rejoindre leur position évidente, c’est-à-dire l’avant-scène, l'espace étant occupé par une paire de rampes de LED. Elles ont été installées dans des colonnes de part et d’autre de la scène. Au lieu des deux Q-SUB habituels placés à bonne distance, le MOMA a imposé l’installation des subwoofers sous la scène. Le groupe ayant une nette préférence pour les retours de scène par rapport aux casques ou aux oreillettes, huit retours de scène M2 de d&b ont été placés sur la scène.

Ce fut un évènement comme il ne peut y en avoir qu’à New York. Les concerts ont suscité beaucoup d’attente pendant des semaines. Et ce fut une telle réussite qu’on se demande déjà quand (et comment !) Kraftwerk reviendra.

Remerciements à Lighting & Sound America pour une partie du contenu éditorial. Crédits photographiques : Kraftwerk.

Applications similaires

Tournées et concerts

Une "Messe" de Bernstein resplendissante avec d&b Soundscape au Brevard Music Center

Souhaitant respecter pour les intentions du compositeur Leonard Bernstein, le directeur artistique du Festival musical d'été du Brevard Music Center, Keith Lockhart, s'était fixé une tâche : saisir "l'esprit pionnier" d'une interprétation...
suite...
Tournées et concerts

« Dormons » avec Soundscape au Grand Park de Los Angeles.

Le concepteur du son Chris Ekers avait besoin d’un système capable d’envelopper le public dans le son et dans le sommeil pendant Sleep, la berceuse de huit heures signée Max Richter, au Grand Park de Los Angeles.
suite...
Tournées et concerts

d&b Soundscape donne vie au lancement de l'album de Mouse on Mars enregistré au MIT.

Mouse on Mars a choisi d&b Soundscape pour créer un "mix spatial" pour son album présenté lors de la conférence Dissolve Music au MIT.
suite...
Tournées et concerts

Débuts réussis pour ArrayProcessing à New York.

C’est à l’occasion de la récente étape new-yorkaise de la tournée de John Mellencamp au Carnegie Hall et à l’Apollo Theater que les deux célèbres salles ont inauguré ArrayProcessing, le nouvel outil logiciel d'amélioration de la balance tonale...
suite...
Tournées et concerts

Déluge de décibels d&b à l’Ultrafest.

Si l’idée de participer à un festival de musique électronique en fait frissonner certains d’avance, c’est bien normal, et certainement dû aux fréquences sonores qu’on y ressent d’habitude. Vous savez, le genre qui vous fait des jambes en coton. Le...
suite...
Applications similaires
Toutes les catégories

Applications d&b

Application itinérante ou sédentaire ? En intérieur ou en extérieur ? Petite ou grande ? d&b propose des solutions sur-mesure pour répondre à tous les critères. De plus, le logiciel de simulation dédié optimise la planification de...
voir toutes les applications