L’Opéra de Francfort, ou quand l’exceptionnel devient la norme

1/3
2/3
3/3

Lisez « Allemagne » et « opéra » dans la même phrase, et vous songerez inévitablement à Bayreuth et à la gloire et à la splendeur de Wagner. C’est peu dire que l’opéra allemand a rayonné sur toute l’Europe.

L’Oper Frankfurt, qui en est l’un des plus hauts lieux, a été élu Opéra de l’Année par l’incontournable magazine Opernwelt à trois reprises depuis 1995. La distinction est prestigieuse : elle émane d’un panel composé de cinquante critiques de tout premier ordre. Aussi, quand vient l’heure de choisir le nouveau système de renforcement sonore de l’auditorium principal, il convient de prendre le temps, le soin et la peine de bien faire les choses.

Cette fois, ce n’est pas l’esprit qui voyage, c’est le responsable des équipes son live et production de CD, Peter Tobiasch, qui parle : «  À deux centimètres près, le projet tombait à l’eau. Nous ne pouvions pas aller au-delà de dimensions précises, et le système de taille intermédiaire que nous avions retenu était le seul à proposer un niveau de qualité à la hauteur de nos attentes. La condition préalable à l’installation d’un nouveau système d&b audiotechnik derrière les parois qui bordent l’avant-scène : que le public voit exactement la même chose qu’avant. »

Si les intégrateurs du 21e siècle ont tous appris à composer le plus souvent avec une architecture existante, Nies electronic GmbH a relevé quelques-uns de ces défis particulièrement complexes qui vous assoient une réputation : « Nous nous sommes chargés de toute la mise en œuvre technique », explique Peter Tobiasch, « mais la loi allemande nous oblige à passer par un revendeur pour acheter son système de haut-parleurs, et nous devons pour cela passer un appel d’offres. Nous devons demander un devis détaillés à sept entreprises, sur lequel doivent apparaître les prix et les conditions particulières. Nies a établi un planning de travail, une série de tests, le calcul du devis total pour les différentes versions envisagées, et nous a proposé un prix très correct eu égard au système commandé. » L’implication de Nies et l’ancienneté de la relation professionnelle lui ont valu de décrocher le marché : « Deux facteurs sont à l’origine de tout », confirme Peter Tobiasch. « Tout d’abord l’implication constante et de longue date de d&b audiotechnik, et plus particulièrement de Ralf Zuleeg et de Werner Bayer, des départements Support d’application et Product Management, et le professionnalisme à toute épreuve de Monsieur Richter chez Nies. »

Le système installé est relativement simple : des enceintes d&b T10 derrière les parois, et des Sub-Bass T-SUB et B4-SUB en-dessous : « Pour obtenir tous les angles planifiés et attendus, et compte tenu de l’architecture et de la configuration de l’avant-scène, et pour que la couverture du public soit optimale à tous les niveaux, et sur tous les balcons, il a fallu adapter les fixations des Série-T, dans les limites de leurs normes de conception », précise M. Tobiasch, qui salue sans la moindre équivoque la qualité du rendu et la précision de la solution d’installation : « Pas la moindre interférence perceptible, aucun phasing, ni pic ni creux de fréquence. C’est à mes yeux la qualité principale des enceintes d&b : elles ne réinterprètent pas le signal, et on n’entend que les voix et les instruments. La musique, les chanteurs, les choristes, on les entend. Les enceintes, on ne les entend pas. L’ancien système était très convenable, mais écouter les T10, les T-SUB, les B4-SUB ou les nouvelles Q7 en champ proche ou comme enceintes d’effets, c’est entrer dans une autre dimension : la philosophie même du son n’est plus la même. Elle a changé avec le siècle : tout est clair, naturel, et les meilleurs résultats sont faciles à obtenir. »

Pour Peter Tobiasch, c’est l’aboutissement de plus d’une dizaine d’années de travail. Du haut de l’auditorium, un autre système composé d’enceintes Ci60 et de Ci-SUB diffuse « la voix de Dieu » (comprendre : la voix vient d’en haut). Avant cela, il se contentait d’un système gauche/centre/droit d’enceintes Ci90 surplombant l’avant-scène : « Bien évidemment, il n’y a pas d’amplification pour les chanteurs d’opéra et le grand orchestre, mais nous utilisons des B4-SUB en complément des enceintes sur scène pour renforcer certains effets percutants ou des pièces jouées sur des orgues de cathédrale. Le public est alors saisi par un son qui sort de la scène, au propre comme au figuré. Nous utilisons le système dans son intégralité pour des besoins de sonorisation contemporains, des concerts spéciaux et des événements divers. Et même un Opéra aussi souvent « occupé » que celui-ci en accueille un certain nombre. Cela fait 23 ans que je travaille en tournée avec du matériel d&b, ou ici-même. Je savais que les prestations sonores seraient de très haut niveau, mais je m’attendais pas à un résultat aussi exceptionnel. »

Applications similaires

Théâtre et Opéra

Le Théâtre Holon se dote du tout premier système d&b avec ArrayProcessing d’Israël.

Le Théâtre Holon des Arts du Spectacle, en Israël, avait besoin d’un système à même de restituer un maximum de détails et de clarté. En installant des Série-Y d&b avec ArrayProcessing, l’entreprise Barkai Benni Brookstein a fait entrer le son...
suite...
Théâtre et Opéra

Le nouveau son de Stabat Mater.

Avec un orchestre de 20 musiciens, la salle Stabat Mater du Palais de l’Archiginnasio était trop exigu pour accueillir à la fois les artistes et le public. Le concert a donc été projeté en direct sur un écran de cinéma au Teatro Comunale de...
suite...
Théâtre et Opéra

Beaucoup de bruit pour Gdańsk et son nouveau théâtre

Plus de deux décennies d’efforts et trois ans de travaux ont été nécessaires avant l’ouverture, l’an dernier, du Théâtre Shakespeare de Gdańsk (Gdański Teatr Szekspirowski). Cet édifice exceptionnel est le premier théâtre construit en Pologne...
suite...
Théâtre et Opéra

Des décibels signés d&b pour l’Esplanade de Singapour

Moderne. Impressionnant. Les qualificatifs se bousculent à la vue du complexe artistique de l’Esplanade qui donne sur la Baie de Singapour. L’étendue et la diversité des lieux donnerait presque le tournis aux interprètes qui s’y produisent : entre...
suite...
Théâtre et Opéra

Une autre dimension

Holophonie. Derrière ce vague adjectif se cache un concept acoustique bien plus séduisant qu’il n’y paraît. Ce terme est en effet utilisé pour décrire une production qui se tient à l’Opéra de Sydney, Die tote Stadt (La Ville morte) de Korngold....
suite...
Applications similaires
Toutes les catégories

Applications d&b

Application itinérante ou sédentaire ? En intérieur ou en extérieur ? Petite ou grande ? d&b propose des solutions sur-mesure pour répondre à tous les critères. De plus, le logiciel de simulation dédié optimise la planification de...
voir toutes les applications